Artificiel ou naturel, mon sapin pour les fêtes ?

Une nouvelle année est sur le point de s’achever. Année supplémentaire qui marquera l’histoire de cette crise sanitaire mondiale qui n’en finit pas.

Alors pour réchauffer cette fin d’année, on se préparait de belles fêtes, en évitant autant que possible, les effets néfastes pour la planète.

Mon article est un peu tardif mais il n’est peut-être pas encore trop tard pour vous parler du roi des forêts, j’ai nommé mon cher sapin de Noël.

Artificiel ou naturel, mon sapin pour les fêtes ?

Sapin artificiel ou naturel ?

Déjà, il faut savoir que chaque année, ce sont entre 6 et 7 millions de sapins de Noel qui sont vendus en France, dont 5 à 6 millions de sapins naturels et le reste en sapins artificiels soit un peu plus d’1 foyer sur 4 qui achète un sapin de Noel.

Ensuite, artificiel ou naturel ? c’est la grande question que l’on se pose quand on est dans une démarche zéro déchet. Tout comme dans la bataille des couches lavables contre les couches jetables… ce n’est pas celui que l’on croit qui gagne.

Un sapin artificiel c’est plus durable ? non ?

Un sapin artificiel est composé de plastique (donc de pétrole) et de métal. Il dégage donc quelques toxiques supplémentaires dans votre intérieur et surtout il vient d’assez loin, ce qui fait qu’à l’examen de son cycle de vie, il produit 8.1 kg de co2 par an, contre 3.1 un pour un sapin naturel.

le sapin artificiel est donc 2.5 fois plus impactant !

Pour qu’il soit moins impactant qu’un sapin naturel, il faudrait le garder entre 15 et 20 ans (Etude Elipsos 2009).

C’est tout à fait faisable et c’est à peu prêt l’âge du petit sapin que j’avais acheté dans mon tout premier appart (bien trop petit pour pouvoir y mettre un sapin naturel). Il trône encore aujourd’hui dans un coin de la cuisine pour y amener là aussi, l’esprit de Noël.

Malheureusement, dans la majorité des cas, ils ne durent que 6 ans et se retrouve bien souvent dans les bennes de la déchetterie.

Mais pour bien des raisons, comme pour moi, lorsque j’étais étudiante, pas encore tout à fait engager dans la démarche zéro déchet, on peut être amener à faire le choix du sapin artificiel.

les astuces pour limiter son impact

  • On privilégie l’achat d’occasion. C’est le B.A BA, éviter de consommer des produits neufs, quand il y a déjà tout plein de sapins qui attendent d’être réutiliser. Une petite recherche sur les sites habituels de dons ou de ventes d’occasion, et je ne doute pas que vous trouverez sans problème, l’arbre de vos rêves.
  • On choisit un sapin de bonne qualité (surtout si l’on n’a pas suivi mon astuce 1) qui durera dans le temps et dont vous ne vous lasserez pas avant longtemps. Car je vous le rappelle pour limiter son impact, il fêtera Noël avec vous pendant au moins 15 ans.
  • On évite toutes ces choses ajoutées en plus comme la neige artificielle ou des lumières intégrées (qui si elles lâchent vous tenteront à renouveler l’ensemble, car je doute qu’elles puissent être changées séparément).

Comme on vient de le voir, le sapin artificiel a un impact plus négatif que le sapin naturel…

Alors je choisis un sapin naturel ?

Il est en effet moins impactant, mais il faut également respecter un certains nombres de critères pour le garantir.

Quelques critères d’achat à respecter

  • Tout d’abord, il faut choisir un sapin pas trop grand, pour limiter le poids carbone du transport.
  • Ensuite, il est préférable qu’il soit labellisé ou certifié.
    • On peut choisir le label Fleurs de France qui assure que les végétaux sont produits en France. Aujourd’hui, 5000 hectares sont consacrés à la production de sapin, sur des surfaces qui sont spécifiquement dédiées. Cela représente 66% des sapins achetés en France. Attention, produit en France ne veut pas dire exempt de pesticides. Si cela fait partie de vos critères de sélection, n’oubliez pas de vérifier avant l’achat.
    • la certification Plante bleue, est une certification nationale qui garantit officiellement que les végétaux ont été produits de manière éco-responsable. J’ai par exemple, découvert que j’avais la chance d’avoir 2 pépinières à proximité de chez moi.

Et une seconde vie à privilégier

Tout comme bon nombre d’objet, il est important d’offrir une seconde vie à son sapin en le transformant en broyat, en paillage, où encore, comme ici sur le littoral atlantique, en lui permettant de protéger nos dunes… Savez-vous par exemple qu’une tonne de sapins permet de produire 300 à 400 kg de compost. Ainsi au lieu d’être incinérés ils retournent à la terre en amendement pour enrichir les sols.

Le broyat de sapin est utilisé dans les espaces verts municipaux : il permet de protéger les sols et les plantations de l’évaporation de l’eau et du froid. Avec son acidité, il fonctionne comme un désherbant naturel.

Une autre partie est transformée en bois de chauffage, car dans le sapin, rien ne se jette.

Evidemment comme pour les sapins synthétiques, cela ne fonctionne pas avec les sapins comportant de la neige artificielle.

Donc après les fêtes, on le composte soi-même ou on le confie aux services municipaux de sa commune, en le déposant dans les espaces dédiés.

Et si on le réutilisait ?

Si on fait le choix de l’acheter en pot, pour le réutiliser sur plusieurs Noël ou pour le replanter par la suite. Il faut veiller à ne pas l’exposer à de trop fortes températures, ni à des chocs thermiques importants. On pense à l’arroser et à brumiser légèrement les branches, si notre intérieur est très sec.

Sapin durable en bois de palette

C’est la solution que l’on a choisi l’an passé. On a passé un premier Noël en l’acclimatant progressivement à la pièce de vie, dont la température reste modérée (jamais plus de 20°) et en veillant à l’éloigner de la source de chaleur.

On l’a ensuite fait patienter quelques temps dans notre véranda avant de le mettre au jardin. Ensuite, on la installait à l’abris d’un arbre plus grand pour le reste de l’année.

Et cette année, nous avons pleins de bébé pouces, signe qu’il n’a pas été trop malheureux pendant 11 mois.

Depuis quelques années, une nouvelle solution s’offre également à nous, celle de recevoir un sapin en pot que l’on peut retourner pour qu’il soit replanté. Dans ce cas là, les conseils précédents sont bons à respecter, car sinon, il n’aura aucune chance de survivre à la replantation. De plus, je m’interroge sur le bilan carbone de cette solution, vu que le sapin fait des trajets supplémentaires. Mais comme on peut faire le choix de privilégier l’achat en vrac par internet, cela peut permettre de cocher un certain nombre de critères si l’on a rien à proximité. Vous trouverez donc peut-être votre bonheur sur mylittlesapin ou sur mygreencocoon par exemple.

Dans le match sapin naturel versus artificiel, il est donc préférable d’acheter un vrai sapin cultivé dans une plantation française, contrôlée et gérée durablement ou bien sûr replanter ceux en pot.

Mais il existe aussi d’autres alternatives

Que l’on soit bricoleurs ou non, il existe aujourd’hui un large choix de solutions de sapins durables, upcyclés, fabriqués par ou pour vous.

le sapin en carton ou en bois

C’est une des tendances de ces dernières années. Le sapin en carton rapide à façonner et pratique à ranger, tout comme son cousin, le sapin en bois de palette, plus solide et donc plus durable dans le temps se retrouvent de plus en plus souvent en place de notre bon vieux sapin naturel.

Pendant presque 8 ans, c’est le choix que nous avons fait à la maison en créant notre sapin de toute pièce avec tube et cartons plats, ou en testant une solution toute prête que l’on nous avait donné. Avec ce système, on laisse libre cour à son imagination, on le range facilement (même dans un petit appart) et il n’y a aucune aiguille à ramasser.

et toutes les autres alternatives en 2 ou 3 D

sapin en 2D - nouvelle alternative

Maintenant que Mon beau sapin vert ne fait plus forcément rêver dans tous les foyers, on trouve également de nombreuses idées magiques sur le net, comme le sapin à partir

    • d’une échelle
    • de branchages
    • de plantes existantes
    • de livres superposés
    • de photos ou décorations organisées sur un mur
    • de matériaux récup

posé, suspendu, affiché…en vous baladant sur les moteurs de recherche ou en laissant aller votre imagination. Il est aujourd’hui tout à fait simple de créer de toute pièce un beau sapin zéro déchet.

N’hésitez pas à m’indiquer quel sera votre solution sapin cette année.

Partager sur facebook
Partager sur pinterest
Partager sur twitter
Partager sur linkedin